L’hôtellerie-restauration a besoin d’EUX!

L’hôtellerie-restauration est tributaire des collaborateurs étrangers – aujourd’hui comme demain!

La votation sur l’initiative contre l’immigration de masse place l’hôtellerie-restauration devant un défi de taille. Les travailleurs étrangers sont importants pour l’hôtellerie-restauration, exposée aux variations saisonnières, afin qu’elle puisse accéder à une main-d’œuvre suffisante lui permettant de pourvoir le plus complètement possible ses postes de travail. Plus de la moitié des personnes qui viennent en Suisse pour travailler dans l’hôtellerie-restauration reçoivent une autorisation limitée à une durée de 4 à 12 mois. Même avec l’encouragement de nos mesures à une large échelle du potentiel de main d’œuvre nationale, les étrangers qui manquent ne pourraient être remplacés ni par des employés plus âgés, ni par des femmes, ni par des chômeurs.

Selon les plans du Conseil fédéral pour la mise en application de l’initiative, mis en consultation à l’heure actuelle, les autorisations de séjour de courte durée de 4 à 12 mois devraient aussi être contingentées. En seraient exclus uniquement les rapports de travail de moins de quatre mois.

Or, une expertise juridique du Département fédéral de la justice, qui ne qualifie pas d’immigration les séjours limités à une année, confirme la marge de manœuvre constitutionnelle permettant de ne pas contingenter les autorisations de séjour limitées à une année.

C’est pourquoi GastroSuisse s’engage en faveur d’une mise en application flexible de l’initiative contre l’immigration de masse. L’une de nos revendications centrales est: pas de contingents pour les autorisations de séjour limitées à 12 mois!

Login

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas encore de Login? Cliquez ici.

Recherche
Assurances sociales et de personne
Les métiers de l'hôtellerie-restauration