Communiqués de presse 2021

Formidable! Le Conseil fédéral a écouté les préoccupations de la branche.

La situation est comparable à celle de l’année dernière, mais grâce aux bons progrès de la vaccination, la situation de départ est même meilleure. Il est donc très réjouissant que le Conseil fédéral ait décidé aujourd’hui d’assouplir fortement les mesures dans l’hôtellerie-restauration, comme l’été dernier, et ce dès le samedi 26 juin. Dans l’espace extérieur, il n’y a, à part la distance entre les groupes de clients, plus aucune restriction. Dans l’espace intérieur, il est désormais possible d’accueillir des groupes de clients plus grands. Les masques seront portés dès que les clients seront présents et que l’on ne sera pas assis. Les coordonnées ne doivent être enregistrées à l’intérieur que par une personne par groupe. Des étapes importantes d’assouplissement ont également été décidées pour les manifestations. Pour éviter que l’économie et la vie sociale ne soient à nouveau mises sous cloche à l’automne, les précautions nécessaires doivent être prises en été. La capacité des lits de réanimation doit pouvoir être si nécessaire augmentée.

Mark Urech devient le nouveau chef de l'enseignement de l'Ecole Hôtelière Belvoirpark de Zurich

Mark Urech reprendra le poste de «chef de l'enseignement» de l'Ecole Hôtelière Belvoirpark de Zurich dès le 1er septembre 2021. Son prédécesseur, Anton Pfefferle, prendra sa retraite à la fin du mois d'août 2021 après de nombreuses années couronnées de succès.

Le comité économique est ravi du OUI franc et massif à la loi COVID-19

L’électorat a clairement ratifié la loi COVID-19 dans les urnes et s’est ainsi prononcé en faveur du soutien financier des PME et de la sauvegarde d’emplois. De nombreux employeurs et employés, notamment dans les branches les plus fortement touchées, peuvent enfin pousser un grand soupir de soulagement.

Le peuple en faveur de l’aide aux branches en difficulté

L’hôtellerie-restauration peut pousser plusieurs soupirs de soulagement en ce jour de vote. Le OUI clair à la loi COVID-19 est un engagement pour la sécurité juridique pour les branches gravement touchées par la pandémie. En votant NON à la loi sur le CO2 et aux initiatives agricoles, le peuple suisse s’oppose à des mesures environnementales disproportionnées, dont l’impact est resté controversé jusqu’au bout.

La visite au restaurant est un besoin vital

Le Conseil fédéral a proposé aujourd’hui de nouveaux assouplissements. En outre, il souhaite utiliser un système de feux de signalisation pour déterminer quand un certificat COVID est nécessaire.  Comme il l’a annoncé aujourd’hui, l’hôtellerie-restauration devrait être dans le domaine orange. Cela signifie que si la situation épidémiologique s’aggrave, le Conseil fédéral peut supprimer le caractère facultatif et introduire un certificat obligatoire. GastroSuisse exige que la visite d’un restaurant, d’un café ou d’un bar soit reconnue comme faisant partie du quotidien et donc comme un domaine vert. Après tout, 2,5 millions de clients s’y nourrissent chaque jour.

Grâce aux assouplissements, l’hôtellerie-restauration respire

Dès lundi prochain et après de longs mois de confinement de la branche, les restaurants, bars et cafés seront enfin à nouveau autorisés à servir leur clientèle dans les espaces intérieurs. Cette décision du Conseil fédéral est attendue depuis longtemps déjà. GastroSuisse est soulagé et salue la réouverture des espaces intérieurs, d’autant plus que les restrictions dans l’hôtellerie-restauration étaient disproportionnées. Ce dont la branche se réjouit particulièrement: la limitation des heures d’ouverture est supprimée et l’obligation stricte du port du masque aux tables n’est pas imposée; par ailleurs, 6 personnes par table sont autorisées dans les espaces extérieurs.

Une décision qui fait jurisprudence en la matière COVID-19 loyers commerciaux

Les problèmes énormes liés aux loyers commerciaux persistent. Un nombre incalculable de locataires commerciaux n’a toujours pas obtenu la moindre réduction de loyer. L’attitude obstinée des bailleurs résulte dans de nombreuses fermetures d’établissements et nuit par conséquent considérablement à l’économie nationale. Maintenant, le Tribunal de district de Zurich stoppe pour la première fois un bailleur. La décision prouve que des locataires de locaux commerciaux peuvent s’opposer à une poursuite pour loyers impayés avec succès.  

Le certificat crée une société à deux vitesses

Le Conseil fédéral a décidé hier que les certificats Covid seront délivrés progressivement à partir de juin. Cette procédure préoccupe beaucoup GastroSuisse. L’utilisation d’un tel certificat n’est certes pas prévue pour les restaurants. Toutefois, en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique, le Conseil fédéral se réserve le droit de limiter l’accès aux restaurants aux personnes disposant d’un certificat Covid. Cela diviserait la société, affecterait la liberté économique et limiterait la liberté individuelle.

Bien positionnée et économiquement majeure

Lors de la 130e Assemblée des délégués de GastroSuisse, l’accent a été mis sur les élections de renouvellement global. Casimir Platzer en tant que président et Massimo Suter en tant que vice-président ont été confirmés dans leurs fonctions. Maurus Ebneter et Esther Friedli ont été nouvellement élus au Conseil. Ce sont eux qui mettront le cap sur l’avenir. D’autre part, une étude de Rütter Soceco, publiée lors de l’Assemblée des délégués, montre que l’hôtellerie-restauration est une branche économique majeure.

La branche peut enfin espérer une ouverture

Le nombre de cas continue de diminuer. Le Conseil fédéral a donc proposé aujourd’hui que les restaurants soient autorisés à rouvrir l’intérieur le 31 mai. Le 26 mai, après consultation des cantons, il entend prendre une décision définitive. GastroSuisse se félicite de cette étape très importante pour l’hôtellerie-restauration. A ce propos, un nouvel avis de droit bien étayé de la renommée professeure Isabelle Häner (Université de Zurich) et de l’avocat Livio Bundi du 10 mai 2021 montre que les mesures du Conseil fédéral ne sont plus défendables.

L’économie dit OUI à la loi COVID-19

Une large alliance d’associations de branche s’engage ensemble au sein du comité économique «OUI à la loi COVID-19» pour assurer l’adoption de la loi COVID-19. Grâce à cette loi, l’Etat peut aider les PME et le commerce dans la plus grande crise économique depuis 50 ans. La loi COVID-19 sauve ainsi d’innombrables entreprises et postes de travail.

Le tourisme réclame des voyages sans quarantaine et des aides à l'investissement

La situation reste tendue. Dans la perspective des saisons d'été et d'automne 2021, il est urgent que le tourisme suisse puisse bénéficier de mesures d'ouverture supplémentaires, d'une optimisation de la stratégie de dépistage et de vaccination, de voyages sans quarantaine et d’un soutien financier. Lors du 5e sommet du tourisme, les représentants du secteur ont également abordé des mesures qui vont au-delà de la gestion de crise aiguë, telles que la stimulation de la demande et l'adaptation des instruments de promotion existants.  

«Porteur d’avenir 2021 - Formateur de l’année»: les nominés

Les nominés pour le titre de «Porteur d’avenir 2021 – Formateur de l’année» sont connus. Les candidats appartiennent aux catégories cuisinier, boulanger/pâtissier/confiseur, boucher-charcutier et spécialiste en restauration. Les formateurs ont été proposés par leurs apprentis. Les gagnants seront choisis le 6 septembre 2021.

Nuages noirs sur les perspectives de l’hôtellerie-restauration

Aujourd’hui, le Conseil fédéral a, à la surprise générale, présenté pour la première fois un modèle sur la manière dont notre pays devrait revenir à la normale. Les perspectives pour l’hôtellerie-restauration sont extrêmement sombres: l’intérieur des restaurants ne pourra pas ouvrir avant la fin du mois de mai au plus tôt, mais peut-être pas avant la fin du mois de juillet. Cette situation est dramatique et désavantage clairement la branche: alors que d’autres branches connaissent un assouplissement plus rapide, voire aucune restriction, les restaurants ne seront autorisés à ouvrir entièrement que lorsque la situation épidémiologique sera très bonne. Une fois de plus, l’évaluation de la situation du Conseil fédéral semble ignorer complètement les aspects sociaux et économiques.

Un premier pas, qui ne dissipe pas l’incompréhension

Les espaces intérieurs restent fermés. Selon la décision du Conseil fédéral, les restaurants seront de nouveau autorisés à recevoir des clients dans les espaces extérieurs à partir du 19 avril 2021. Il s’agit d’un premier signal allant dans la bonne direction pour l’hôtellerie-restauration. La mesure est toutefois trop hésitante et n’améliore pas la situation de la branche. Les raisons qui ont poussé le Conseil fédéral à renoncer à lever le confinement de la branche avec effet immédiat restent totalement incompréhensibles et cette décision constitue une inégalité de traitement. Cela d’autant plus qu’il sera à nouveau possible d’aller au cinéma ou dans une salle de fitness, donc dans des espaces intérieurs. Un avis de droit publié mardi constate en outre que le processus décisionnel du Conseil fédéral relatif aux mesures contre le coronavirus est illicite.

Un avis de droit solide établit l’illégalité des décisions du Conseil fédéral prises dans le cadre des mesures contre le coronavirus

Un avis de droit exhaustif du 12 avril 2021 de la renommée Prof. Dr Isabelle Häner (Université de Zurich) et du Dr Livio Bundi montre que les décisions du Conseil fédéral prises dans le cadre de l’ordonnance sur les mesures contre le coronavirus sont illicites. L’avis de droit conclut notamment que le Conseil fédéral doit adapter et élargir les valeurs indicatives relatives au coronavirus.

La loi COVID-19 crée une sécurité juridique

GastroSuisse approuve la loi COVID-19. Celle-ci crée la base légale pour l’indemnisation des cas de rigueur dont l’hôtellerie-restauration a de toute urgence besoin. En revanche, la fédération de branche rejette les initiatives agricoles extrêmes.

COVID-19: GastroSuisse annonce une initiative populaire

La pandémie de coronavirus a révélé les failles de la politique suisse et des bases juridiques face à l’urgence de la situation. Les autorités ont posé les bases dans la loi sur les épidémies pour prendre des mesures strictes pour protéger la santé de la population. Il n’existe toutefois aucun droit à une indemnisation pour les établissements touchés. La conséquence: les entreprises et les collaborateurs fortement touchés sont insuffisamment et bien trop lentement indemnisés. Des centaines de milliers de personnes se sentent laissées pour compte. C’est pourquoi GastroSuisse annonce aujourd’hui son initiative populaire «Une indemnisation adéquate en cas de pandémie».

Un changement de cap, mais dans la mauvaise direction
Les restaurants ne peuvent ouvrir ni espaces intérieurs ni espaces extérieurs. La déception de l’hôtellerie-restauration est immense. Cette approche bien trop hésitante du Conseil fédéral continue d’aggraver la situation dans le secteur de l’hôtellerie-restauration. La renonciation du Conseil fédéral à lever le confinement de la branche avec effet immédiat est totalement incompréhensible. GastroSuisse exige une gestion différente de la pandémie et une adaptation de la stratégie.

Le Parlement s’accorde sur un contre-projet efficace à l’initiative pour des prix équitables
Le contre-projet indirect à l'initiative pour des prix équitables est sous toit : Le Conseil national a réglé aujourd'hui les deux dernières divergences avec le Conseil des États. L’objet est donc prêt pour le vote final de vendredi.  Le comité d'initiative considère que les modifications législatives adoptées constituent un moyen efficace de lutte contre les prix excessifs en Suisse. Il retirera l'initiative pour des prix équitables si le Parlement adopte le contre-projet lors du vote final vendredi et si le référendum n’est pas saisi.

Un pas trop hésitant et incompréhensible

Selon la proposition du Conseil fédéral, les restaurants seraient de nouveau autorisés à recevoir des clients dans les espaces extérieurs à partir du 22 mars seulement. Et les espaces intérieurs devraient encore rester fermés. Cette approche trop hésitante du Conseil fédéral continue d’aggraver la situation dans le secteur de l’hôtellerie-restauration. Il est totalement incompréhensible que le Conseil fédéral refuse de lever le confinement de la branche avec effet immédiat, autrement dit aussi pour les espaces intérieurs. GastroSuisse exige une gestion différente de la pandémie et une adaptation de la stratégie.

La population approuve une ouverture des restaurants

La population suisse souhaite un changement de stratégie du Conseil fédéral par rapport au confinement et ne soutient pas ses mesures contre le coronavirus, comme le montre une enquête d’opinion menée par AmPuls Market Research. Une majorité s’exprime en faveur d’une ouverture des restaurants à la mi-mars. Par ailleurs, 86% sont d’avis que la fermeture des restaurants n’est pas une mesure particulièrement idéale pour lutter contre le coronavirus. GastroSuisse exige d’autant plus que le Conseil fédéral écoute la population et lève le confinement de la branche.

Un établissement sur cinq a déjà dû jeter la clé

Les résultats d’une récente enquête auprès des membres sont dramatiques: dans l’hôtellerie-restauration, près de 20% ont déjà dû renoncer à leur établissement. Vingt pour cent supplémentaires sont sur le point de le faire. En outre, près de la moitié des personnes, qui ont déposé une demande pour cas de rigueur, attend une réponse depuis plusieurs semaines. Aujourd’hui plus que jamais, GastroSuisse réclame la réouverture des restaurants et le traitement rapide des demandes. Il est également impératif que les cantons indemnisent les entreprises le plus largement possible. Actuellement, les contributions à fonds perdu couvrent nettement moins que 10% du chiffre d’affaires.

Le Parlement doit maintenant reprendre la main!

Plusieurs cantons ont déjà clairement indiqué que la décision de mercredi du Conseil fédéral n’était ni compréhensible ni fondée sur des preuves. Ils ont par conséquent laissé les terrasses ouvertes et exigent une ouverture des restaurants. GastroSuisse renforce donc son appel au Parlement pour qu’il reprenne la main la semaine prochaine lors de sa session et autorise une ouverture des restaurants pour mi-mars.

Grands risques pour quel bénéfice?

La décision d’aujourd’hui est un coup en plein cœur de l’hôtellerie-restauration. Le fait que seules les terrasses puissent être ouvertes - si tant est qu’elles le soient - à partir du 22 mars n’est pas une solution applicable dans la pratique. La décision prise aujourd’hui par le Conseil fédéral est absolument disproportionnée et aggrave la constante compression du personnel dans l’hôtellerie-restauration. En outre, il y a des effets indirects différés pour les fournisseurs et l’ensemble du des activités commerciales. Le dégât est immense.

L’hôtellerie-restauration est injustement pénalisée

Les restaurants doivent patienter, au moins jusqu’au 1er avril, date à laquelle ils seront autorisés à recevoir des clients uniquement dans la zone extérieure pour le moment. Les propositions du Conseil fédéral ont de nouveau durement frappé l’hôtellerie-restauration. GastroSuisse est déçue. Il n’y a aucune raison pour que les restaurants restent fermés. Le fait qu’il n’y aura pas d’assouplissement dans l’hôtellerie-restauration début mars est une catastrophe. Les cantons ont toujours la possibilité de proposer des assouplissements raisonnables.

Nouvelle direction commune à la tête des Ecoles Hôtelières

Dès le 1er mars 2021, Susanne Welle reprend la direction de l’Ecole Hôtelière Belvoirpark ES, qui fait partie de l’organisation faîtière GastroSuisse. La fédération place ainsi ses deux Ecoles Hôtelières à Genève et à Zurich sous une direction opérationnelle commune.

L’absence de réductions de loyers entraîne une vacance élevée
Au sujet de l’augmentation de l’offre de locaux de restauration sur la plateforme immobilière ImmoScout24


Une nette augmentation d’annonces de locaux de restauration se dessine sur le marché immobilier. Les données indiquent une vague de fermetures depuis novembre 2020. Il existe un risque de vacance prolongée.

Revendication d'indemnisations immédiates et d'une stratégie de sortie

Une haute saison remplacée par un confinement: telle est la situation dans laquelle se trouve le tourisme suisse malgré les chutes de neige hivernales. Lors du 4e sommet du tourisme, les représentants du secteur ont donc surtout appelé à la rapidité, tant pour le versement des aides en cas de rigueur que pour une stratégie coordonnée de tests et de vaccination. En outre, l'industrie est tributaire de la sécurité de planification et réclame une stratégie de sortie claire à partir de mars 2021.

Le Conseil fédéral a entendu l’appel à l’aide

Le Conseil fédéral a décidé aujourd’hui que les restaurants resteront fermés jusqu’à la fin février. Cela empire la situation dans l’hôtellerie-restauration, Toutefois, le Conseil fédéral a décidé d’assouplir de manière décisive la réglementation des cas de rigueur et d’augmenter les contributions à fonds perdu. GastroSuisse y voit le signe que le Conseil fédéral a reconnu la gravité de la situation.

Le Conseil fédéral décide sur la troisième vague de licenciements
D’ici la fin de mars, la moitié de tous les établissements de l’hôtellerie-restauration feront faillite s’ils ne reçoivent pas dès maintenant une indemnisation financière. C’est ce que montre une enquête récente auprès des membres de GastroSuisse. Il appartient donc au Conseil fédéral d’éviter un désastre dans tout le pays et ainsi une troisième vague de licenciements dans l’hôtellerie-restauration.

GastroSuisse se distancie de l’initiative «Wir-machen-auf» (Restons ouverts)

Depuis cette semaine, un groupe appelle à la désobéissance civile dans tout le pays. L’initiative «Wir-machen-auf» (Restons ouverts) est anonyme et regroupe de plus en plus de commerçants. GastroSuisse tient à se démarquer de cette action et souligne ne rien à voir avec celle-ci.

45 nouveaux sommeliers de la bière s'engagent pour la diversité de la bière

Le 6 janvier 2021, 45 participants au séminaire intensif « Le sommelier suisse de la bière®. La découverte, la dégustation et la présentation attractive de la bière » ont reçu leur certificat bien mérité. Les frais émoulus sommeliers de la bière sont désormais parés pour mettre à profit les connaissances acquises autour de la bière et les transmettre aux personnes intéressées. Deux séminaires ont eu lieu en Suisse alémanique et un en Suisse romande.

Décision dramatique, le Conseil fédéral n’a pas encore reconnu la gravité de la situation

Le Conseil fédéral a annoncé aujourd’hui que la fermeture des restaurants sera prolongée jusqu’à la fin du mois de février. On ne sait pas encore si et dans quelle mesure il indemnisera la branche pour cela. Pour l’hôtellerie-restauration, c’est un désastre. GastroSuisse tire la sonnette d’alarme: sans compensation financière immédiate, la branche va périr.

Inscription initiale Veuillez-vous enregistrer dans le nouveau système. Ceci s'applique également aux membres et clients existants. Inscrire