Marché du travail et libre circulation des personnes

GastroSuisse s’engage en faveur d’une politique libérale du marché du travail


L’hôtellerie-restauration, avec ses 251 000 employés, est un employeur important. Elle est en outre fortement exposée aux fluctuations saisonnières. En conséquence, les établissements doivent pouvoir réagir rapidement et de manière flexible aux variations de la demande.

C’est pourquoi GastroSuisse s’oppose aux régulations rigides, qui restreignent la gestion flexible des entreprises et accroissent la charge bureaucratique, et s’engage en faveur d’une politique libérale du marché du travail. Les solutions convenant à la branche ne doivent pas être le résultat d’une régulation étatique, mais au contraire être obtenues au moyen des instruments mis à la disposition des partenaires sociaux. Ainsi, l’hôtellerie-restauration est soumise à une convention collective de travail négociée par les partenaires sociaux et déclarée de force obligatoire par le Conseil fédéral. Cette convention prévoit, entre autres, un salaire minimum. La convention collective de travail crée des conditions équitables et renforce la compétitivité de la place économique suisse.

GastroSuisse soutient la libre circulation des personnes

L’accès à la main-d’œuvre étrangère est indispensable pour l’hôtellerie-restauration. La branche est confrontée à un manque de main-d’œuvre. Dans les régions touristiques et de montagne, ce n’est qu’à grand-peine qu’il est possible de trouver une main-d’œuvre adéquate. L’hôtellerie-restauration, exposée aux fluctuations saisonnières, est tributaire de la main-d’œuvre étrangère pour pouvoir employer du personnel en nombre suffisant et pourvoir le plus de postes de travail possibles. Même nos mesures largement étayées afin de stimuler le potentiel national de main-d’œuvre ne permettent pas de remplacer la totalité des travailleurs étrangers manquants. Les étrangers représentent près de la moitié de tous les travailleurs dans la restauration et l’hôtellerie. Plus de deux tiers d’entre eux viennent des Etats de l’UE ou de l’AELE.

Ils sont particulièrement importants pour la branche. C’est pourquoi GastroSuisse soutient la libre circulation des personnes avec l’UE. Néanmoins, l’hôtellerie-restauration ne contribue que dans une faible mesure à l’immigration. Car la grande majorité des immigrants sont titulaires d’une autorisation de courte durée. Ainsi, 67,4% des personnes immigrées dans l’hôtellerie-restauration bénéficiaient d’une autorisation limitée à 12 mois. Seuls 28,3% des immigrants détenaient une autorisation de séjour ou d’établissement. (Sources: Office fédéral de la statistique, Secrétariat d’Etat aux migrations)

Inscription initiale S'il vous plaît connecter une fois au nouveau système. Cela vaut également pour les membres et les clients existants Inscrire