Position officielle sur la politique sanitaire du Conseil fédéral

Zurich, le 13 décembre 2021
 

Le 10 décembre 2021, le Conseil fédéral a mis en consultation deux variantes de mesures supplémentaires. Il souhaite introduire la 2G sur l’ensemble du territoire ou même, à titre d’alternative, un confinement.
 

GastroSuisse prend la position suivante sur la situation actuelle:

  • Nous reconnaissons les efforts du Conseil fédéral pour éviter la paralysie de la vie publique. Grâce à des réglementations nationales, le Conseil fédéral peut veiller à la clarté et à l’équité.
  • GastroSuisse regrette néanmoins que l’hôtellerie-restauration soit une fois de plus sanctionnée, alors que d’autres lieux de vie ne contribuent pas suffisamment à la lutte contre la pandémie.
  • L’incertitude de la population, en raison de l’augmentation du nombre des cas et des hospitalisations, ainsi que des recommandations renouvelées de travail à domicile, entraînent déjà de nombreuses annulations et l’absence de réservations. Ce contexte a de nouveau mis de nombreuses entreprises de l’hôtellerie-restauration dans une situation de mise en danger de leur existence. Celles-ci craignent de ne pas pouvoir rémunérer leurs collaborateurs.

 

GastroSuisse formule les demandes suivantes au gouvernement:

  • Compte tenu de la situation pandémique, la branche accepte l’introduction de la 2G.
  • Nous refusons catégoriquement l’introduction de la 2G+. Nous rejetons également la deuxième variante du Conseil fédéral - un confinement doit être le dernier recours et devrait restreindre tous les lieux de vie de la même manière.
  • La 2G ne doit pas s’appliquer au personnel de l’hôtellerie-restauration. En lieu et place, le personnel doit être soumis à un test ou à une obligation de porter un masque.
  • Des capacités de test suffisantes doivent être mises à disposition et les tests doivent à nouveau être financés par l’Etat.
  • L’hôtellerie-restauration a fait l’objet de restrictions répétées depuis le début de la crise, bien qu’il soit prouvé qu’aucun risque primaire n’émane de cette branche. Des mesures doivent être prises là où les contaminations sont actuellement particulièrement nombreuses. C’est pourquoi la branche attend que d’autres lieux de vie apportent enfin leur contribution à la maîtrise de la pandémie et soient responsabilisés.
  • La Confédération doit indemniser les pertes de chiffre d’affaires résultant de la 2G. Elle doit créer une nouvelle solution d’indemnisation uniforme dans toute la Suisse. La réglementation actuelle des cas de rigueur n’est plus adaptée à la situation actuelle. Pour les entreprises les plus touchées, la Confédération pourrait rapidement accorder des aides sous forme d’avances, et indemniser a posteriori la perte de chiffre d’affaires de manière simple, sur la base des décomptes de la TVA. Sur cette baisse de chiffre d’affaires, les frais fixes doivent être indemnisés.
     
  • La procédure simplifiée pour le préavis et la procédure sommaire pour le décompte des indemnités en cas de RHT doivent immédiatement être prolongées.
     
  • L’allocation pour perte de gain COVID-19 doit rester possible et le seuil d’accès doit être nettement abaissé.
     
  • Il faut suspendre les amortissements des crédits COVID-19 et les demandes de remboursement des indemnités pour cas de rigueur, en cas de bénéfice annuel. C’est la seule façon de mettre un terme à l’érosion de la branche.

 

Cette position a été adoptée à l’unanimité le 10.12.2021 par la conférence extraordinaire des présidents de GastroSuisse.

Inscription initiale Veuillez-vous enregistrer dans le nouveau système. Ceci s'applique également aux membres et clients existants. Inscrire